Prendre en compte la concurrence SEA, mais pourquoi faire ?

Après plus de 12 ans passés à accompagner des entreprises de toutes tailles dans leurs stratégies d’acquisition digitale, il y a une phrase que j’ai très souvent entendu chez les annonceurs : « nous la concurrence, on la connait !« .

Autant pour des marchés de niches ou les ultra-spécialistes ça s’entend, vu que tout le monde se regarde, s’analyse et essaye d’avoir un coup d’avance sur l’autre. Je prends pour exemple le marché de la Blockchain. Un marché émergent où les acteurs du monde entier se reconnaissent et peuvent réaliser un Benchmark précis.

Mon article se tourne surtout vis à vis des revendeurs multi-marques, même si toutes les entreprises peuvent se reconnaître ici.

A vos enchères, prêt, feu, partez !

 

Dans ce vaste marché qu’est l’acquisition, vous payez pour générer du trafic et/ou de la visibilité.

Comme vous le savez c’est un univers qui est régi par l’enchère. Dans un marché concurrentiel, le nombre de concurrents et leur pression concurrentielle (budget)  va vous impacter de manière importante, tant sur vos coût que sur votre visibilité.

Sans partir sur un cours de SEA, Google et Bing sont les 2 principaux moteurs de recherche en France (si vous me parlez de Qwant, Ecosia & consorts sachez que la publicité est gérée par Bing). Ces moteurs de recherche ont des emplacements limités sur la première page de leurs résultats de recherche : 4 annonces payantes en haut de la page et 3 en bas de page. Ces 7 emplacements sont mis aux enchères pour les annonceurs.

Il existe une règle de calcul qui va définir en fonction du prix que vous êtes prêt à payer le clic (Coût Par Clic aka CPC) et de celui de vos concurrents, votre position et combien vous rémunérez le moteur de recherche pour ce clic (je ne rentre pas volontairement dans les notions SEA / SEO ni Google Shopping).

Vous commencez à voir le problème ? 7 emplacements et potentiellement 20 annonceurs qui veulent s’afficher devant votre prospect, cette jeune cible marketing fraîche et prête à faire son achat. Une bataille silencieuse d’enchères se passe sur des serveurs et seuls les 7 élus s’afficheront.

Comme les moteurs de recherche doivent permettre à tous les annonceurs de s’afficher, il y a une rotation qui s’effectue. Cette rotation est définie par un indicateur : le taux d’impression.

Sur 100 impressions, qui concernent vos mots clés, combien de fois allez vous être affiché ? 2 aspects principaux viennent décrémenter cet indicateur : votre budget et vos CPCs.

Si votre budget n’est pas suffisant pour rester affiché toute la journée, forcément votre taux d’impression sera bas, de même que si vos enchères sont trop basses : les moteurs de recherche échangeront vos annonces plus souvent avec d’autres annonceurs qui sont prêt à payer plus.

Cela donne la formule : Taux d’impression = Impressions totales – (Impressions perdues par vos enchères + Impressions perdues par votre budget)

Comment vont mes concurrents ?

Très bien et vous ?

et bien non ! Figurez-vous que vous pensez connaître vos concurrents, leurs investissements (vous aimeriez, hein 😉), … mais si vous n’analysez pas les rapports concurrents sur Google Ads ou Microsoft Advertising, vous n’en savez rien.

Pire, si vous n’êtes pas accompagné par une agence Partner Premier ou que vous n’avez pas de contact en direct avec les régies, vous ne bénéficiez pas des Benchmark Google & Microsoft…

Pourtant il faut bien augmenter cette part d’impression; indicateur qui vous apportera un volume de trafic qualifié supplémentaire. Mais comment l’améliorer sans exploser mes coûts & ma rentabilité ?

Pas de panique, il existe des solutions simples qui vous permettent, sans avoir à embaucher un profil expert, d’appréhender votre univers concurrentiel et de répondre à ces interrogations (non exhaustives) :

Qui sont mes concurrents ? par catégorie de produit et pas au niveau campagne ?
Comment se comportent mes concurrents sur l’acquisition payante ?
Pourquoi ma part de voix diminue ?
Mes performances diminuent pourtant mon compte est au top optimisé, pourquoi ?
Qui achète ma marque ?
Y a-t-il du potentiel que je ne vois pas ?

Parmi ces solutions j’en ai retenu une : Maitricks partenaire de Blinked.

Maitricks avec sa solution ECHO est un outil de suivi en temps réel de la pression concurrentielle sur vos environnements d’acquisition Google & Bing. Il permet en un coup d’œil d’analyser la position de ses concurrents sur ses mots clés et de pouvoir adapter votre stratégie.

Grâce à ECHO nous avons pu constater que la pression concurrentielle du top concurrent de notre client diminuait en fin de mois (erreur de pilotage, manque de budget,…) cela nous a permis de mettre en place des optimisations pour éviter de surpayer les premières positions en fin de mois et de générer une économie substantielle pour notre client.

L’intérêt est clair : pouvoir avec un seul outil analyser rapidement mon marché, rationaliser mes investissements et trouver des opportunités business.

Répondons au titre de l’article

 

Dans un marché de plus en plus concurrentiel, les entreprises rivalisent d’astuces, de nouveautés, d’ingéniosité pour améliorer leur visibilité et leur rentabilité en ligne. Vous vous retrouvez dans cette vision ? Vos concurrents aussi !
L’acquisition payante (SEA) apporte son lot d’indicateurs de suivi importants pour les trafic managers et les responsables digitaux, pourquoi ajouter un autre suivi qui est implicite dans la gestion de vos comptes ?

C’est parce que la base du SEA est la concurrence : enchères = enchérisseurs, suivre vos concurrents avec des outils comme ECHO doit être le socle de votre stratégie pour rester en mouvement, être adaptable au marché et capter les bonnes opportunités.

Si vous voulez vous adapter et en savoir plus : contactez-nous.